Le Soler

Le programme des commémorations du centenaire de l'Armistice 1918- 2018

Le programme des commémorations du centenaire de l’Armistice 1918 – 2018 au Soler
 
Du 18 octobre au 17 novembre 2018
 
 
Jeudi 18 octobre 2018 à partir 18h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Inauguration des expositions :
 
- Salle des Mariages : Les Solériens au front - La vie quotidienne au village
- Médiathèque : Les Solériennes pendant la Grande guerre - Maquette du Nieuport 17
 
Jeudi 18 octobre 2018 à partir 19h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférence et projection du docu-fiction « CHEVAL DE GUERRE » de M. Serge TIGNÈRES, Auteur, scénariste et réalisateur.
 
Vendredi 19 octobre 2018 à partir de 18h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférence sur le thème : HISTORIQUE DU MONUMENT AUX MORTS DE LA COMMUNE DE LE SOLER par M. Alain CAMBILLAU, Conseiller Municipal:
"Historique du Monument aux Morts de la commune de Le Soler - Décision du Conseil Municipal du 21 Décembre 1918 - Début du chantier le 26 Septembre 1924 avec quelques histoires et souvenirs personnels - Pourquoi son changement de place, les raisons de sécurité, son emplacement définitif, ... avec quelques anecdotes villageoises."
 
Samedi 27 octobre 2018 à partir de 18h à l'Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférences sur les thèmes suivants : 
- 1918 - DES OFFENSIVES ALLEMANDES À LA VICTOIRE par M. Renaud MARTINEZ, Historien militaire, écrivain et officier:
"Après quatre ans de guerre, l'arrivée des Américains et le nouvel atout, les chars, laissent espérer une prochaine issue au conflit. Mais les ennemis, ayant libéré leur front russe, attaquent en force, en mars 1918, et percent plusieurs fois le front. Il faudra le courage inouï des Français pour parvenir à les freiner, avant de lancer la contre-attaque qui mènera à la victoire. Les enfants du Soler en seront les acteurs valeureux, laissant, à quelques jours de l'armistice, plusieurs des leurs sur le champ d'Honneur."
 
- LES CLAIRONS DU CESSEZ-LE-FEU, LES CLOCHES DE L’ARMISTICE, LA PAIX VICTORIEUSE par M. Jean DAURIACH, Journaliste, auteur:

: "L'annonce tant attendue de l'Armistice, le 11 novembre 1918, a provoqué un déferlement de joie dans les rues de Perpignan et des manifestations du patriotisme partout dans les villages du département. Au front, les soldats attendent leur démobilisation ; chez nous, se constituent des comités pour ériger les monuments destinés à "honorer nos grands morts". Le retour à la Paix, le 29 juin 1919, est fêté dans l'allégresse dans le département qui attend le retour de ses glorieux régiments."

 
Vendredi 2 novembre 2018 à partir de 18h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférences sur les thèmes suivants : 
- SUR LES TRACES DE NOS ANCÊTRES PENDANT LA GRANDE GUERRE par M. Fabien LARUE, Généalogiste professionnel :
"Comment à l'aide des archives publiques ainsi que des documents familiaux retracer le parcours d'un ancêtre ayant participé à la guerre 1914-1918, ficelles et astuces pour bien comprendre le contexte du parcours. Une fiche synthétique résumant les pistes de recherches et les sites accessibles sera distribuée aux auditeurs."
 
- LE SOLER, UN VILLAGE LOIN DU FRONT PENDANT LA GRANDE GUERRE par Mme Michelle PERNELLE, Directrice des Archives municipales de la ville de Perpignan:
"Dans l'imagerie populaire, la Grande Guerre évoque avant tout le Poilu au front. La vie quotidienne loin des batailles terrestres et aériennes a beaucoup moins fait l'objet d'études et de publications, ce qui peut se comprendre dans la mesure où ce n'est pas là que se sont déroulés les grands évènements de l'Histoire. Pourtant, la vie des civils a été profondément bouleversée et ce sujet est loin d'être dénué d'intérêt. Comment s'est déroulée la vie quotidienne au Soler pendant cette guerre ? Quelles actions ont été mises en place, pour, comme dans toutes les villes loin du front, secourir les blessés, accueillir les réfugiés ? Quelle documentation et quelles traces a-t-on pu retrouver des Solériens qui sont partis au combat ? La vie au Soler, pendant la Grande Guerre, est un exemple intéressant et représentatif d'un petit village rural dans un département voisin d'une Espagne neutre mais germanophile."
 
Samedi 3 novembre 2018 à 10h à 12h à la Médiathèque du Soler (Espace Vivès – Rue de la Libération)
 
CAFÉ PHILO sur le thème : LA GUERRE EST-ELLE INSCRITE DANS LA NATURE HUMAINE ? par M. Julien SAIMAN, Professeur de Philosophie au Lycée François ARAGO de Perpignan
 
Jeudi 8 novembre 2018 à partir de 18h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférences sur les thèmes suivants : 
- LES GUEULES CASSÉES par M. Claude PAYROT, Chirurgien Plasticien et Maxillo-facial:
"Commémorer le Centenaire de la Grande Guerre, c'est d'abord évoquer le courage et l'abnégation de nos anciens mais aussi penser aux blessés de guerre et en particulier aux blessés de la face : "les Gueules Cassées" dont CLEMENCEAU imposa la présence de cinq à la signature de la paix. Cette conférence évoque le parcours de traitement de ces grands blessés, vrai calvaire. Pour le supporter, ils ont été soutenus par la camaraderie née de la fraternité au combat, le dévouement des infirmières et l'attachement des chirurgiens."
 
LES BLESSÉS PSYCHIQUES DE LA GRANDE GUERRE : SURVIVRE, MAIS DANS QUEL ÉTAT… ? par M. Serge BONNERY, Journaliste, auteur:
"Le 27 mai 1918, près du Chemin des Dames, le lieutenant Joë BOUSQUET est fauché par une balle qui provoque la paralysie immédiate de ses membres inférieurs. La guerre hante les écrits du poète qu'il est devenu. Tapie derrière les mots, nous verrons de quelle manière elle habite une œuvre qui fut d'abord de redressement avant de prendre la forme d'une réconciliation."
 
et M. Robert-Michel PALEM, Docteur en médecine et en psychologie, Président de l’Association pour la fondation Henri EY:

"Toute la symptomatologie psychiatrique a pu s'observer au front et bien au-delà ; dans l'instant et beaucoup plus tard, parfois pendant des années. Tous meurtris et tous transformés : pour le pire et parfois le meilleur : inattendu, miraculeux… comme chez Joë BOUSQUET, le "poète immobile" de Carcassonne : soldat exemplaire devenu un immense écrivain (dont vous parlera Serge BONNERY, son biographe). On appelle cela Résilience. Elle n'efface rien, elle permet de supporter et de continuer : survivant mais différent."

 
 
Dimanche 11 novembre 2018 à partir de 11h
- DÉFILÉ DE L’ARMISTICE DE 1918
 
Vendredi 16 novembre 2018 à partir de 18h à l’Hôtel de Ville, Salle des Mariages
 
Conférence et projection sur le thème suivant :
- LA GRANDE GUERRE AU CINÉMA, UNE MISE À DISTANCE : le cas de LA VIE ET RIEN D’AUTRE de Bertrand TAVERNIER (1989) par M. Michel CADÉ, Professeur émérite à l’Université de Perpignan Via Domitia, Président de l’Institut Jean VIGO:
"La Grande guerre oscille au cinéma entre deux représentations assez équitablement réparties. La première privilégie les combats et leurs conséquences immédiates ainsi Les Croix de bois de Raymond BERNARD (1932) ou Les Sentiers de la gloire de Stanley KUBRICK (1957). La seconde met distance les mêmes combats suggérés mais pas montrés, le temps d'une permission, L'horizon de Jacques ROUFFIO (1966), où dans l'immédiate après-guerre, La Vie et rien d'autre de Bertrand TAVERNIER (1989). La guerre a cessé mais ses tranchées recèlent encore nombre de pauvres morts parmi lesquels un officier est chargé de trouver celui qui deviendra le Soldat inconnu. Tout bruissant du fracas des armes qui se sont tues ce film est une méditation mélancolique et ironique sur la fabrique des héros et la construction des commémorations."
 
Samedi 17 novembre 2018 de 10h à 17h
Dans le cadre de l’organisation de la manifestation LITTERATURE ET VINS à l’Espace Martin Vivès (place de la République)
Conférences sur les thèmes suivants : 
- LE VIN DANS LES ARMÉES DE LA CAVE AU QUART DU SOLDAT par M. Claude LEPLAT, Président du Comité de Perpignan, Délégué Général Adjoint du Souvenir Français des Pyrénées-Orientales:

"L'évolution de l'achat, stockage et distribution du vin dans les Armées de la Première Guerre mondiale à nos jours (achat - transport depuis les lieux de production jusqu'aux établissements, conservation et distribution au consommateur."

- LE VIN ET LA GUERRE par M. Jean DAURIACH, Journaliste, auteur:
"Si le vin est considéré comme une arme psychologique pour soutenir le moral des combattants durant la Grande Guerre, il concrétisa aussi une forme de patriotisme et témoigna de la solidarité des vignerons roussillonnais envers les blessés soignés dans les hôpitaux militaires du département et les soldats sur le front. Chez nous, les conséquences de la guerre et des conditions climatiques et économiques souvent défavorables ont rendu difficile le travail des femmes remplaçant les hommes au vignoble."